Award pour l'Excellence au CANADA

terrassement et entreposage des gravas

Dépendamment qu’on souhaite traiter la terre sur le site ou à l’extérieur, différentes techniques pour dépolluer sont disponibles. Il se révèle encore être un service privilégié que le stockage suivant l’excavation.

Suivant leur mise en œuvre et les techniques qui sont utilisées, les techniques qui ambitionnent de traiter les sols qui sont pollués se différencient. Pour ce qui est de la mise en œuvre, on observe les techniques in situ, c’est-à-dire sans déplacer la terre, des techniques sur site suivant l’excavation ou hors site. Le confinement et les procédés physicochimiques, thermiques ou biologiques, sont les quatre familles existantes, pour ce qui est des techniques. Les impacts sur l’environnement qui sont liés à l’excavation, peut être même au transport, peuvent être évités via le traitement des sols sans déplacement de terres. Néanmoins, les résultats assurent plus difficilement la suppression des risques à long terme, en outre du fait du manque d’homogénéité pour ce qui est des résultats sur la zone traitée.

Le fait d’améliorer la dégradation biologique des polluants par mise en dépression des sols se révèle être la méthode la plus pratiquée. Une circulation d’air vers des points d’extraction se révèle être l’objectif à établir. Cette technique va sur des périodes importantes, et se révèle être d’un coût relativement faible. L’oxydation/réduction consiste à injecter dans le sol un réducteur ou un oxydant sous forme gazeuse ou liquide. C’est en un composé moins toxique et/ou qui se bio-dégrade bien plus facilement et qui vient transformer le polluant, au cas où il n’est pas détruit.

L’opération se révèle être généralement peu couteuse et rapide, toutefois il se trouve un risque que des polluants se concentrent. Le confinement offre la possibilité de bloquer une pollution locale afin d’éviter sa migration. Le polluant se révèle ne pas être traité, la solution n’est que temporaire. Réduire la mobilité de l’agent polluant au moyen d’une réaction chimique se révèle être ce que vient faire l’alternative qu’est la stabilisation chimique.

Référence supplémentaire réparation de fissures de fondation : fissure mur exterieur

S’avèrent être assimilables à ceux qui sont appliqués in situ les traitements succédant l’excavation de terre. Ma stabilisation physico-chimique, la biodégradation (par ventilation et mise en terre), la désorption thermique et le confinementsont retrouvés. L’intérêt de l’excavation se révèle être, pour quelques techniques, de traiter la terre polluée sur une semelle qui soit étanche et qui est munie d’un dispositif de collecte. Le traitement thermique qui peut atteindre jusqu’à 588°C affirme que quelques fois l’application se révèle être plus poussée. Des techniques in situ, la seule et unique qui se distingue vraiment se révèle être le lavage des terres. Il s’agit de laver la terre avec de l’eau ou des solvants qui sont récupérés et traités. En plus d’être plus ou moins peu couteuse, si l’eau suffit, la technique permet d’excellents.